Quelques chiffres

Toutes les données citées sont issues du rapport intitulé « La situation du cancer en France en 2011 », ouvrage collectif édité par l’Institut National du Cancer.

Les données présentées dans ce rapport se réfèrent aux dernières données disponibles en juillet 2011. Ce document est téléchargeable sur le site www.e-cancer.fr

En 2005, avec près de 16 000 nouveaux cas estimés dont plus de 80% chez les hommes, les cancers des VADS se situent au cinquième rang des cancers les plus fréquents en France et constituent la 7ème cause de mortalité chez l’homme et la 18ème chez la femme. Le tabac et l’alcool sont les deux principaux facteurs de risque de ces cancers, l’action des deux se renforçant mutuellement. Un mauvais état bucco-dentaire constitue également un facteur favorisant le développement de ces cancers.

.

Contexte

Avec environ 10 700 nouveaux cas estimés en France en 2011 dont 71% survenant chez l’homme, les cancers de la lèvre, de la cavité orale et du pharynx se situent au 8ème rang des cancers les plus fréquents, tous sexes confondus et au 5ème rang des cancers incidents masculins (7 600 nouveaux cas estimés en 2011).
La survenue de ces cancers est tardive : près de 9 nouveaux cas sur 10 sont diagnostiqués chez les 50 ans et plus. L’âge moyen au diagnostic a été estimé en 2005 à 63 ans chez l’homme comme chez la femme.

Avec environ 3 230 nouveaux cas estimés en France en 2011 dont 84% chez l’homme, le cancer du larynx se situe au 21ème rang des cancers les plus fréquents tous sexes confondus et représente 0,9% de l’ensemble des cancers incidents. Les projections estiment le taux d’incidence (standardisé monde) en 2011 à 5,4 pour 100 000 personnes-années chez l’homme et 0,9 pour 100 000 chez la femme soit un taux féminin encore 6 fois moins élevé.
L’âge moyen au diagnostic était estimé en 2005 à 71 ans chez l’homme et 72 chez la femme.

.

INCIDENCE

Cancers de la lèvre, de la cavité orale et du pharynx

Chez l’homme, l’incidence est en très forte diminution : le taux d’incidence (standardisé monde) est passé de 38,2/100 000 en 1980 à 22,9/100 000 en 2005. A l’inverse, chez la femme, le taux d’incidence a augmenté passant de 3,5/100 000 en 1980 à 5,1/100 000 en 2005.
Chez l’homme, la part des cancers de la lèvre, de la cavité orale et du pharynx par rapport à l’ensemble des cancers diminue entre 1980 et 2005 dans toutes les régions passant, en moyenne, de 12,5 à 5,8%. Les régions Bretagne et Nord-Pas-de-Calais ont l’incidence la plus élevée.

Cancer du larynx

Chez l’homme, la contribution du cancer du larynx à l’ensemble des cancers diminue entre 1980 et 2005 dans toutes les régions, passant en moyenne de 4,8% à 2%. Le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie ont l’incidence la plus élevé chez l’homme. Chez la femme, les résultats ne peuvent être interprétés en raison du faible nombre de cas.

.

MORTALITE

Cancers de lèvre, de la cavité orale et du pharynx

Sur la période 2004-2008, en moyenne 4 064 décès par cancers de la lèvre, de la cavité orale et du pharynx ont été observé chaque année. L’âge médian au décès au cours de cette période est de 61 ans chez les hommes et 69 ans chez les femmes. Les projections 2011 estiment à 3 270 le nombre de décès par ces cancers dont 78% survenant chez les hommes. Ces cancers se situent au 11ème rang des décès par cancer, tous sexes confondus, et représentent 2,2% de l’ensemble des décès par cancer.
La région où le taux de mortalité chez l’homme est le plus élevé est le Nord-Pas-de-Calais avec  13,4 pour 100 000. Même constat chez la femme avec un taux de 1,8 pour 100 000.

Cancer du larynx

Sur la période 2004-2008, en moyenne 1 402 décès par cancer du larynx ont été observés chaque année. Le taux masculin standardisé à la population mondiale est de 2,5 décès pour 100 000 et la taux féminin de 0,2 décès pour 100 000. Les projections 2011 estiment à 960 le nombre de décés par cancer du larynx dont 86% survenant chez l’homme. Ce cancer se situe au 19ème rang des décès par cancer tous sexes confondus et représente 0,7% de l’ensemble des décès par cancer.
Les régions du Nord sont les plus touchées avec une surmortalité significative par rapport à la moyenne nationale : le Nord-Pas-de-Calais (+ 64%) et la Picardie (+ 24%).

.

Principaux Facteurs de Risque

Les principaux facteurs de risque des cancers de la cavité buccale sont le tabac et l’alcool. Ils ont une action synergique très forte. Une attention particulière devra donc être portée sur les personnes alcoolo-tabaco-dépendantes. C’est d’ailleurs dans cette optique que nous avons décidé de réaliser des formations au repérage précoce des cancers des VADS auprès des professionnels de l’addictologie.
Tabac et alcool sont les principaux facteurs de risque bien que leur absence n’élimine pas le diagnostic.
La double consommation alcool/tabac décuple d’autant plus le risque de développer ce type de cancer que chacun potentialise l’effet de l’autre (effet synergique). Le tabagisme est responsable de 54 à 84% de cancers des VADS

.

.

L’ORS Nord – Pas-de-Calais et le Registre général des cancers de Lille et de sa région mettent à votre disposition des études sur l’état de santé de la population régionale. Ils vous proposent des indicateurs statistiques relatifs à la situation socio-sanitaire respectivement des habitants du Nord – Pas-de-Calais et de Lille et sa région.

Mortalité par tumeur maligne de la lèvre, de la cavité buccale et du pharynx, dans le Nord – Pas-de-Calais 2005 – 2008
Mortalité par tumeur maligne du larynx, de la trachée, des bronches et du poumon 2005 – 2008
Mortalité par tumeur maligne de l’œsophage dans le Nord – Pas-de-Calais 2005 – 2008

www.orsnpdc.orgwww.registrecancers59.fr